S2 - Journal des explorateurs

Image
Flex
Ruloft Roah Hurleur
Messages : 23
Enregistré le : sam. 25 août 2018 09:28
Date de naissance : 07 août 1990

Re: S2 - Journal des explorateurs

Message par Flex » mer. 15 mai 2019 01:05

Résumé partie :

Daidoji Katashi avait le visage dégoulinant de sueur. Il venait de tirer son katana de son fourreau et de tenir la tête à ces formes serpentines. La prochaine fois que l'on se reverra, dit-il à voix haute, nous combattrons. Son visage défiait ses assaillants de poussière.
Il se retournait vers ses camarades en reprenant son souffle. D'un ton enjoué, il se tapota le ventre : il fait bon temps de manger maintenant.

Tout ceci n'était qu'un masque de la Grue. Katashi avait deviné une très grande force qui les avait pourchassé à l'instant, mais il était hors de question de laisser apparaître le moindre doute de sa part. Encore une fois, il a été le dernier pendant la course, et le dernier à montée à bord. Mais il sera le premier à mourir s'il le fallait.

A bord du navire, on se prit soin les uns les autres. Chacun avait besoin de se retrouver avec soi-même. Miyamoto Musashi imposa un instant de silence pendant sa méditation. Le Dragon s'imaginait-il en haut de la montagne, à ressentir le vent frais lui parcourir les cheveux ? Quoi qu'il en soit, pendant cette heure de trajet, Umi Oji mena la Dent de Ruyjin avec brio jusqu'à bon port. L'explosion volcanique avait été provoquée par de la magie selon Shizuyo. L'instinct d'une Isawa - et surtout Shizuyo - sur cet aspect ne pouvait annoncer, encore une fois, que l'adversaire était puissant. L'épaisse fumée noire du volcan continuait d'étouffer les nuages au loin tandis que le Soleil se couchait à l'horizon.

L'arrivée à la citadelle se fit dans le calme. Ils durent expliquer les événements de l'instant. Matsu Emiko n'avait pas du tout saisit la gravité de la situation, et malgré elle, faisait encore de la provocation. Personne n'eut la force - ou le courage ? sauf Katashi, qui se permit de pointer une touche d'humilité. Umi Oji et Shizuyo s'expliquèrent auprès de l'Otomo.
Quant au Seppun, ce dernier distribuait les ordres pour augmenter la défense du château. Cela ne laissait rien qui vaille, car le souffle de l'explosion avait retentit jusqu'ici. Après un repas copieux (plus copieux que gustatif) ; où les délicats mets manquaient à certains, ils se retrouvèrent auprès de Ishikawa Seppun dans le but d'aborder un sujet difficile mais nécessaire à éluder : la jeune Hotaru, fille dudit Seppun et esprit.

Shizuyo y allait droit au but. Peut être un peu trop au gout de Katashi. Mais la shugenja avait de bonnes intentions, et le Seppun le ressentit. Ses paroles étaient remplies d'émotion mais son visage ne laissait rien paraître.
Epoux de Doji Nishiko, le couple eut un enfant Hotaru Seppun. A ses 17 ans, la jeune demoiselle tomba gravement malade et finit par succomber à celle-ci. Ce tragique événement s'est passé il y a 10 ans.
La Hotaru d'aujourd'hui n'a plus aucun souvenir de son passé, mais ses manières ainsi que sa façon d'agir ne laissent aucun doute sur ses origines nobles. Elle était la fille d'une Doji, ce qui expliquait donc la couleur de ses cheveux - blancs, comme tous les membres du clan Grue. Katashi se sentit investi pleinement de trouver le repos à cet esprit, étant un Daidoji et donc au service de la famille Doji, il laissa apparaître son tatouage - symbolique - au poignet au Seppun pour lui assurer de son soutien.

Mais ce qu'il n'osa pas dire ce soir là, devra être dit un jour ou l'autre. Il s'était écarté pour songer à tout cela, dans sa chambre.


« - Les Esprits ne peuvent rester sur notre plan, même s'ils ressentent des choses, mêmes s'ils pensent. Ils doivent reposer en paix là-bas, dans l'autre monde. Ce père a vécu le plaisir immense de retrouver sa fille, mais il est condamné à la voir disparaître une deuxième fois.. Aucun parent ne devrait supporter à voir ses enfants mourir. Il faut écrire. »

Oui, il fallait écrire, afin de graver ce moment à jamais. Katashi devait libérer ce fléau des épaules de Seppun Ishikawa, et faire en sorte que Hotaru puisse reposer en paix. Il devrait, dès à présent, se consacrer - entre autre - à la tâche. Comme toute responsabilité nouvelle, il devait commencer par l'écriture d'un haïku pour structurer ses pensées.
Cheveux blancs souriant,
Ciel gris et pensées grises,
Tapis de neige.
La nuit fut bien moins calme qu'on l'aurait imaginé.
Cauchemar. Une hallucination commune pour Shizuyo, Musashi et Umi Oji. C'est seulement eux qui lui ont racontés - en pleine nuit, tandis que les coeurs battaient la chamade.
Ils venaient de revivre la course poursuite le long du volcan. L'explosion, la poussière et les esprits malveillants des Naga. Tous les détails étaient les mêmes... Sauf un. Umi Oji fut enlevé par les Naga. Emporté tel une feuille d'automne, il n'avait pas su échapper à ses assaillants.
Et Katashi n'était pas présent dans ce rêve.


« - Nous veillerons sur vous mon ami. Allez vous recoucher paisiblement. Les Nagas veulent vous tracasser et vous empêcher de trouver le sommeil. »

Les enfants font des mauvais rêves puis se rendorment. Katashi n'était pas ciblé par ce cauchemar, et cela pour une bonne raison. Les Kamis l'avaient épargnés de ce fardeau. Il fallait protéger Umi Oji, et cela était de son devoir que de le faire.
Katashi n'en dit rien aux autres, mais il pensait beaucoup. Il serait hors de question que les Naga emportent quiconque ici, car cela signifierait qu'il aura failli à son devoir de protection. Le Seppun devait partager ce même sens de la dévotion, et ce ne fut pas surprenant de le voir parmi les premiers debout. Un seul regard se suffit à partager un même sentiment commun de servitude.

Ce rêve prémonitoire ne se réalisera pas, car j'interviendrai dans celui-ci sans que les Naga ne le pensent, se dit-il à lui-même.

Puis on s'assura bien qu'il s'agissait du capitaine, du vrai. On partagea des souvenirs personnels avec lui. Umi Oji râlait, et ce ton d'ours des cavernes, ou plutôt de marin mal léché - car il était du clan de la Mante - assurait bien de sa personne véridique.

Le chien aboyait fort. Un danger approchait à toute vitesse. La dernière fois que Katashi avait écouté le chien de Moto Nergui, c'était pour prévenir des Naga sur le flanc des volcans.


« - Les Nagas ! Aux armes ! »

Décidément cet animal sera traité comme un membre à part entière. Pas le temps de songer à son éducation au sein du clan de la Licorne, mais il venait, une fois de plus, de se montrer digne du Bushido. L'animal sera à protéger également.

Matsu Emiko était accompagnée de la Moto pour la garde. Le brouillard fut épais dehors la citadelle. Néanmoins, des silhouettes immenses et aux lueurs rougeoyantes traversaient les sentiers à toute vitesse. Elles viennent chercher la perle et sont prêtes pour le combat !

Matsu Emiko charge telle une lionne dans la mêlée. Katashi lui fait confiance sur ses capacités martiales. D'autant plus qu'elle manipule le katana de cristal, elle tiendra le front. Elle l'a toujours su faire. Tenir le coup. Et si cette démonstration de force n'était au final une preuve d'amour ?
Pas le temps d'y songer. Umi Oji et Musashi sont engagés au corps à corps. Le premier utilisera ses techniques du combat niten pour occire son rival ; le deuxième échappera de peu à une mort subite.


« - Vigilance de l'esprit, technique Daidoji ! »
Hurla-t-il en brandissant sa naginata. Katashi venait d'utiliser sa technique d'école Daidoji, et bloqua les coups meurtriers du Naga envers Umi Oji. Sur ce champ de bataille, il était chez moi. Tenir le coup, il savait le faire. Mais rendre le coup, il savait aussi le faire davantage. La riposte fut fatidique : le puissant Naga se mit à saigner à outrance, tandis que le Daidoji adoptait une posture défensive. Rien ne passera. Enfin, Isawa Shizuyo fit un sort d'Acier Mordant : le katana de Musashi devint flamboyant. Elle avait insufflé à sa lame toute la fureur du Kami du Feu.
Musashi en était digne, et le coup fut unique mais mortel. La technique de combat aux deux sabres des Dragons avait encore une fois fait ses preuves.


« - Reculez Umi Oji ! La nuit n'est qu'un voile d'illusion mon ami. »

Katashi connaissait également la phobie du noir de son ami Mante. Ainsi, il en serait épargné. Il le rassura en faisant preuve de compassion. Un samurai a le droit d'être un homme, et l'homme est faillible. Peu importe les erreurs ou le résultat : ce qui compte est le chemin qu'on empreinte. Le chemin du Bushido est le seul et unique chemin honorable.
Veiller sur ses camarades, les protéger au combat. Tenir le terrain, et maîtriser le conflit : voilà ce dont il était capable. Avant même de débuter le combat, les Nagas étaient déjà morts. Et ils mourront bientôt.
http://www.laguildedessonges.net/
Association de JdR sur Dijon : La Guilde des Songes

Aussarel
The Duke Jr
Messages : 43
Enregistré le : ven. 23 juin 2017 23:07
Date de naissance : 11 août 1999

Re: S2 - Journal des explorateurs

Message par Aussarel » mer. 22 mai 2019 17:31

Le combat faisait rage. Katashi et Shiro essayaient tant bien que mal de tenir le front et repousser les assauts de 3 nagas. Dame Matsu terrassa son adversaire direct, de mon coté j'en tailladais un 2 ème la garde ouverte par le tir de Giraya. «  Et de 4 Giraya ! »

Les nagas profitèrent d'une petite faille dans la défense de Katashi pour attaquer le front des shungenjas. Une des créatures en profita pour m'attaquer par derrière. Mon Wakisashi me permit de dévier son coup.

C'est à ce moment que Shizuyo-san terrassa les 2 derniers survivants d'un sort dévastateur.

Cependant le brouillard continuait de pénétrer le château. Nous rassemblèrent les civils dans la cuisine. Nous préparant pour un 2eme assaut, Shizuyo soigna mes légères blessures.

Le brouillard apparu également dans la cour. Au coté de Katashi nous essayèrent tous 2 de traverser la brume quand nous repousser par une terrible onde de choc.

Akusala avait enfin décider de ce présenter à nous.

N'écoutant que son courage Shiro, fils d'Umi Oji, héros de Mura Sabishi toshi attaque de front le gigantesque Naga. D'un terrible coût la créature le mit au sol.

Mes carades attaquèrent alors tour à tour le monstre, Katashi avec sa Naginata, Giraya de ses flèches, Umi'Oji relevé par la magie de Shizuyo.

J'avais beau me passer en boucle les paroles de Togashi-dono je ne pouvais pas rester dans l'inaction je me jeta à mon tour sur le montre et lui taillada le flanc. Hida Tsubaru alors de toute sa force empoigna la créature Matsu Emiko profita de l'opportunité pour à son tour blesser gravement la bête.

Se voyant acculé Akusala poussa un terrible rugissement qui appela à l'aide d'autre naga qui sortèrent de la fumée pour nous encercler.

Les assauts continuèrent sur le chef des créatures, chacun d'entre nous conscients que si il était abattu le reste de ses hommes disparaîtraient.

Après les coups chanceux de 2 gardes Seppun venue en renfort la bête s'écroula mais respirait encore. Je ne suis jamais pour éliminer un ennemi au sol mais quelqu'un se devait de le faire. Avec mon daisho je trancha la tête du monstre.

Et comme par magie tout redevint calme. Les monstres et y comprit Akusala disparurent dans la fumée qui les avait apporté. Évidemment nous comprirent vite que la créature n'était pas vraiment Akusala mais peut être une forme dérivé de son être. Le chef des Nagas cherchait à nous tester. Nous ne l'avons pas déçu.

En tout cas comme le dit bien Katashi, la bataille fut gagné, mais la guerre ne fit que commencer.

Iluvatar
Initié Actarusien
Messages : 28
Enregistré le : mar. 20 févr. 2018 12:08
Date de naissance : 08 juin 1986

Re: S2 - Journal des explorateurs

Message par Iluvatar » mar. 4 juin 2019 10:58

Après le combat, nous eûmes tous besoin de repos, nous restâmes donc la journée au château.
En début de journée, Daidoji Katashi et Shosuro Giraya prirent le temps d’échanger des Haïkus. Encore une fois, ils firent la preuve de leur grande maîtrise de cet art.
Ils avaient convié Hotaru à venir assister à leur prestation. L’idée sous-jacente était d’essayer, à l’aide de cette noble pratique, de lui rendre une partie de sa mémoire.
Celle-ci, bien qu’elle ne retrouva pas la mémoire, semblât apprécier leur joute amicale en amatrice.
Cela confirmât, une fois encore, qu’Hotaru venait sûrement à l’origine d’un des Clans Majeurs de Rokugan.

Pendant ce temps, je décidais de mettre mes projets à exécution. Comme nous allions passer encore quelque temps dans cette île afin de mener notre mission à bien, il m’apparaissait comme une évidence que nous devions avoir des lieux plus adapter afin de réaliser nos rites quotidiens.
Je commandais donc à un groupe d’Hémins de construire un hôtel au Kamis, un pour les ancêtres ainsi que d’autre pour plusieurs fortunes afin qu’elles nous guident.

Une fois les hôtels construits, je mis mon deuxième projet à exécution. Il s’agissait de créer un petit jardin d’ikebana à l’entrée de la citadelle. Ce jardin, de pure tradition Rokuganique, nous permettra d’avoir un lieu de médiation et d’introspection. Daidoji Katashi et Soshuro Giraya se proposèrent afin de m’aider dans cette tâche. Encore fatigué de notre combat de la nuit, je ne parviens pas à diriger efficacement les Hemins. Mes deux compères ne me le firent bien évidement pas remarquer, mais Soshuro Giraya mit de côté les convenances et plaça les mains à la terre afin de m’assister dans cette tâche.
Matsu Emiko qui réalisait ces katas à l’extérieur nous regardait d’un aire goguenard et dit :
« C’est une drôle de manière de lutter contre nos ennemis. Je suis sûr que ce « jardin » va les repousser ».
Je me redressais et lui répondit :
« Matsu Emiko Sama. La vie spirituelle est aussi importante qu’une bonne défense. Si nous abandonnons nos âmes et nos traditions, alors nous avons déjà perdu ».

Cet échange se poursuivit de cette façon encore quelque temps et j’en profitais pour observer la lame en cristal du coin de l’œil. C’était surprenant de trouver une lame dans cette matière.
À Rokugan, nous n’avions pas les connaissances pour en réaliser des armes.
Les objets que nous arrivions à fabriquer en cristal restaient très fragile. Pourtant, cette arme devait être d’une grande puissance spirituelle. Le cristal, plus rare que le jade, à la propriété de ne pas pouvoir être touché par la souillure.

Une fois la réalisation du jardin terminé, j’allais demander audience à Otomo Orihime. Lors de cet entretien, je lui demandais de donner ordre de laisser les Hemins du village de l’eau calme dans leur prison, quoi qu’il se passe. Pour moi, les Hemins ne couraient aucun risque lors des attaques des Nagas.
En effet, ceux-ci étaient incapables de résister à l’influence des Nagas. Ils forment une main d’œuvre docile et ne sont donc en aucun cas en danger. Par contre, ils sont un danger pour nos Hemins et pour eux-mêmes. Étant incapables de ne pas obéir aux Nagas, ils nous attaquent dès qu’ils en ont l’occasion comme lors de l’attaque des Nagas la nuit dernière ou lorsque nous les avons trouvé. Notre devoir est donc de les protéger d’eux-mêmes (et de protéger les Hemins qui nous sont loyaux). Pour ma part, j’avais pour projet de les confier à des moines lors de notre retour à Rokugan afin que leurs âmes soient purifiées. En attendant, je comptais bien, comme à mon habitude, assurer autant que faire se peut, au moins un service de prière avec eux.
L’Otomo abondât dans mon sens et accédât à ma requête. Elle décrétât qu’a partir de maintenant et sauf ordre contraire, les Hémins du village de l’eau calme étaient confinés en cellule.


Par la suite, la soirée fut calme. Nous pûmes voir l’activité du volcan décroître petit à petit.
Avions-nous tué ce Naga ? Il semblait bien que sa magie soit à l’origine de beaucoup de phénomène normalement naturelle dans cette île…
La nuit fût tranquille et nous ne fîmes pas de cauchemars.

Le lendemain, Hida Tsubaru, Soshuro Giraya et moi-même partîmes explorer les alentours de la ville, en partant vers l’Est et en logeant la cote Sud.
Une fois les ruines de la ville derrière nous, nous arrivâmes dans une partie très sauvage de l’île.
Nous pûmes observer une végétation luxuriante avec de nombreux animaux : des oiseaux, des signes, des sortes de cochon sauvage et même des petits singes.

Hida Tsubaru nous fit remarquer qu’il y avait de nombreuses ressources à cet endroit. Beaucoup de nourriture, de bois d’œuvre, etc.
J’en profitais pour observer mes deux compères dans leurs façons de progresser dans la nature. Je n’avais jamais encore été en contact avec la nature sauvage, mais je crois que ce séjour dans cette île était formateur pour moi et que je commençais à apprendre de mes compagnons.


Nous arrivâmes à des cours d’eau très rapide, difficile à traverser. Nous décidâmes de remonter vers le nord en contournant les montagnes. Nous arrivâmes sur une plaine aride.
Sur celle-ci, pas de ruine non plus, mais nous pouvions voir quelques traces d’ancien chemin.
Encore une fois, cet endroit était très calme et sans le danger représenté par les Nagas, cette île serait vraiment un lieu de villégiature très agréable.

Au bout de cette plaine, nous arrivâmes à un gros cours d’eau avec des montagnes en fond. Nous fumes bloqué dans notre progression et lorsque nous primes le temps d’observer ces montagnes, nous pûmes constater qu’elles étaient étranges. En effet, bien que nous ne pouvions pas en voir les détails, il nous était possible de distinguer comme des sortes de ponts en terre qui reliaient ces montagnes. Encore un quelque chose de mystérieux sur cette île !

Notre camarade Scorpion se proposa afin de traverser la rivière en nageant et d’explorer un peu les contreforts de ces montagnes. Il ne s’agissait pas, je pense, de bravade de la part de notre camarade, mais bien de la certitude du devoir.
Le Crabe émit quelque réserve et je proposais à Soshuro Giraya de réaliser une divination avant qu’il commence à traverser.
Nous nous installâmes aux mieux et je commençais celle-ci. Immédiatement, les Kamis m’envoyèrent l’image de notre camarade en grande difficulté disparaître sous l’eau.
Je mis fin à la divination et en fît part à mes compagnons. Je suspectais quelques courants traîtres, mais eux me rappelèrent la présence de Ninguyos sur cette île. Décidément, il ne fallait vraiment pas se laisser aller à la rêverie ici. Sous ces allures sauvages et bucoliques, celle-ci était complètement peuplée d’ennemis mortelle.

Nous suivîmes donc ce gros cours d’eau, mais nous fumes bloqué dans notre progression par les cours d’eau que nous avions déjà vu lors de cette journée. La forêt étant très dense, nous décidâmes de passer par les hautes branches.
Mes compagnons m’assistèrent dans cette tâche. En prenant de la hauteur, nous pûmes entendre le lointain grondement des cascades se déversant dans la mer.
Nous parcourûmes la forêt, ici aussi très sauvage, situé en rive gauche du cours d’eau, mais nous fumes rapidement arrêté par un autre cours d’eau, plus gros que le précédent.
Devant la difficulté et la journée qui déclinée, nous décidâmes de renter au château.

En rentrant, je tachais d’arranger un peu notre jardin puis, je décidais de méditer un peu sur cet œuf. Immédiatement mon ancêtre se manifesta et poussât de grands cris d’orfraie sous prétexte qu’il fallait le détruire séance tenante.
Je pus néanmoins, sans doute grâce à la présence apaisante de ce jardin, me concentrer.
Il me semblait, quand je fis le point, que ma théorie était juste. Lorsque cet œuf était en contact avec de la Magie Naga, il grandissait. Sinon il ne changeait pas. C’était donc les étranges Kamis élémentaires de cette île qui le fessait grandir. Il allait donc nous falloir trouver d’autres endroits imbibés de cette magie.
Il me semblait aussi que quelque chose allait bien en sortir !
Affaire à suivre…
PJ L5A V5, Mura Sabishii Toshi saison 2 par Selvagor Isawa Shizuyo
Ancien perso PJ L5A V4, Mura Sabishii Toshi saison 1 par Selvagor Asahina Hayate
Ma présentation ICI

Flex
Ruloft Roah Hurleur
Messages : 23
Enregistré le : sam. 25 août 2018 09:28
Date de naissance : 07 août 1990

Re: S2 - Journal des explorateurs

Message par Flex » jeu. 6 juin 2019 05:17

Musashi et Hotaru eurent une longue discussion. Je savais que cet esprit attirerait tôt ou tard de la curiosité à son égard. Malgré le caractère féroce de Musashi, ce dernier n'en restait pas moins sensible. Il faisait preuve d'une grande compassion à l'égard de Hotaru. Katashi eut également une très longue conversation avec elle. Par le biais de ses techniques de conversations, le membre du clan de la Grue apprit diverses informations importantes à l'égard de l'esprit. D'une part, il semblerait que cette dernière ai énormément peur de la solitude. Une bonne chose qu'elle soit ici avec nous. D'autre part, elle ferait preuve d'une immense curiosité ! Cela s'explique finalement par le fait qu'elle ait perdu toute mémoire et par conséquent, soit dans la recherche de ce qu'elle a été, et ce qu'elle est maintenant. On apprit également au sujet de la magie Naga : elle serait à l'origine d'un mélange avec autre chose (impossible à identifier) en ce qui concerne Akusala.

Plus tard en soirée, les aventuriers firent un pari. Et si cet oeuf doré était bel et bien un phare dans les ténèbres, était-il en mesure de guérir du mal ? Les Heimins du village de l'eau calme sont possédés par Akusala. On fit tester l'expérience sur Bonkai, le moine. Dans la cellule, en présence de Shizuyo, Musashi et Katashi, ils lui demandèrent de toucher l'oeuf. Ce dernier fut pris d'une transe puissante, ses yeux se révulsèrent et il poussa un cri qui résonnait dans la citadelle ! Il tomba au sol, inconscient. Il fut transporté dans l'autel et on le fit aliter. Shizuyo réalisa une cérémonie afin de ressentir s'il était toujours possédé : ce n'était plus le cas. Eureka !
Giraya nous rejoint à ce moment, quand tous les autres heimins furent amenés à l'autel pour compléter la purification de leur esprit à travers le toucher de cet oeuf doré. Le lendemain matin, ils se sentiront en meilleur forme et l'esprit soulagé. Ainsi, Bonkai pourra participer immédiatement à l'entretien des autels et des lieux de culte, et les heimins iront au travail - tous sous bonne garde pendant un certain temps.

Nous décidons de partir à l'exploration de la partie Sud-Est de l'île. Hotaru nous a raconté que l'élément du vent y était très présent ici. Sur place, nous apercevons une présence abondante d'une jungle ainsi qu'une grotte. Depuis laquelle on entend un bruit sourd : l'air s'y engouffre et produit un sifflement mélodieux. Mais avant cela, nous constatons la présence individu dans les arbres, puis d'une maison rokuganaise au loin. Au retour de Giraya, il semblerait qu'une petite communauté de Kenku, l'une des anciennes 5 races, y soit établie. Ces hommes-corbeaux auraient enseignés le kenjutsu à Kakita lui-même. On raconte aussi qu'il faut être digne d'eux, sinon on perd la tête - pas par folie mais par leur sabre tranchant.

Sur place, nous faisons la connaissance de Airi, Sojobo (qui est une femelle) et Taiju. Tous sont acceuillant. Ils nous expliquent qu'ils sont retenus prisonniers ici. A chaque fois qu'ils ont essayés de s'en aller avec leurs ailes, une puissante magie les ramèneraient. Pire, ils sont retenus sur cette île depuis bien longtemps. Nous leur faisons confiance, et décidons de partager le thé afin de faire preuve de bonne image, mais surtout de courtoisie envers ces êtres surnaturels. Au nord de l'île, une communauté de Zokujin ( des trolls humanoides) stupides gardent précieusement le cristal. Le cristal permet de forger des armes qui peuvent à elles seules venir à bout à Akusala.

Afin de montrer que nous sommes dignes de leur confiance, nous proposons un duel amical et courtois. Musashi sera le représentant de la race humaine, et Taiju sera celui des Kenkus. Ils s'affrontent avec des bokkens dans la cour de leur demeure. Musashi prend rapidement l'avantage, et en deux passes fait voler en éclat le bokken de son rival !

Nous le félicitons. Désormais, nous sommes persuadés que les Kenkus nous considèrent. Nous sommes honorables et respectueux du Bushido en leur ayant fit preuve de plusieurs mises en jeu des tenets. Nous espérons obtenir de leur aide (peut être un enseignement ?) comme des informations. Nous restons encore un petit peu chez eux, ils font preuve d'un accueil chaleureux.
http://www.laguildedessonges.net/
Association de JdR sur Dijon : La Guilde des Songes

Flex
Ruloft Roah Hurleur
Messages : 23
Enregistré le : sam. 25 août 2018 09:28
Date de naissance : 07 août 1990

Re: S2 - Journal des explorateurs

Message par Flex » mer. 12 juin 2019 00:28

Les Kenkus nous expliquent entretenir de mauvaises relations avec les Zokujin, des petits êtres stupides et qui vivent dans les grottes. Ce peuple possède le cristal ; ce dernier a la particularité d'être l'épine d'Akusala, son talon d'Achille. Il est important pour nous d'en obtenir. Mais comment négocier avec ces créatures qui se méfient de tout et qui ne souhaitent pas échanger leur pierre précieuse ?

Le repas de midi en compagnie des Kenkus est agréable. Nous mangeons à notre faim, et nous mangeons bien. Ils possèdent également un jardin aménagé. Katashi a la mélancolie de Kyuden Doji. L'odeur salée de la mer, les jardins en fleur, les cerisiers du printemps ou encore le calme paisible d'un jardin sont autant de choses qui lui manquent. Giraya, Musashi et Shizuyo ont la bonne idée de faire inviter le reste de l'expédition ici, auprès de nos hôtes. La Dent du Ryujin est envoyée à la citadelle. Rendez-vous ici demain matin. La nuit se passe sans encombre et est calme.

Mais avant cela, nous avons rendu visite à cet anneau de terre. L'air s'engouffre rapidement et produit un sifflement grave aux alentours. Sur place, nous distinguons une rivière qui passe au travers de cet immense anneau. Les Kamis de l'air s'agitent autour et scellent l'endroit. Nous apprenons qu'ils sont les gardiens du Kami de la Terre et l'empêchent ainsi de s'évader. Ce dernier se trouve tout en haut de cet anneau, à plus de 30 mètres de hauteur. L'escalade sera périlleuse, et seuls Giraya et Musashi arriveront en son sommet. Le bushi du Dragon tend l'oeuf doré qui aspire une tempête de terre, de poussière et de sable. Voilà la deuxième fois que ce phénomène se réalise : nous sommes sur la bonne voie ! Malgré tout, l'anneau de terre se met à se fissurer. Ils redescendent rapidement et nous nous mettons à l'abri. Cette quête avance à bonne allure. Encore deux autres éléments, et l'oeuf pourrait se réveiller. Qui sait ce qu'il va en éclore... Togashi-dono le sait certainement. Mais pas nous. Pas encore..

Au petit matin, nous accueillons Otomo-dono, son yojimbo Seppun et Matsu Emiko sur la plage. Nous leur expliquons la situation et leur informons de la présence de Kenku ici. L’accueil est une fois de plus chaleureux. Pendant les échanges de formalités, nous décidons de nous rendre dans les grottes troglodytes des Zokujin.

Il faut escalader ces petites montagnes. Nous nous aidons les uns les autres. Airi, l'honorable Kenku, nous guide et grâce à son vol gracieux, nous indique un chemin pour faciliter notre escalade. Matsu Emiko nous accompagne. Cela réjouit Katashi !
L'escalade est longue mais réalisée. Les grottes s'ouvrent à nous dans un silence absolu. Nous entendons uniquement l'écho de nos voix qui résonnent comme l'éternité... Et l'obscurité ténébreuse empêche toute progression sans torche. A l'intérieur des boyaux, nous faisons la triste découverte d'un carnage. D'abord un premier cadavre difficilement identifiable, mais tout est laissé à l'abandon. Puis des dizaines de petits squelettes humanoïdes à même le sol. Recouvert de terre et de moisissure. Quelque chose est entré ici et s'en est pris avec une très grande violence aux Zokujin ! Quelle infamie !


Au travers de notre exploration, nous tombons nez à nez avec une porte. Celle-ci est barricadée de l'intérieur. Après l'avoir forcée, nous faisons la même découverte : des tas de squelettes décharnés vieux de plus de dix ans. Les Zokujin se sont sans doute protégés ici, mais ils sont morts soit de faim, soit d'un mal qui se serait introduit...
Akusala semble être derrière tout cela. Il ne serait pas surprenant d'apprendre qu'il en est le commanditaire. Sa cruauté n'a dont aucune limite ?!

Alors nous rebroussions chemin, Katashi aperçu une petite silhouette avec deux grands yeux. Ils reflètent la lumière comme des chats. A peine eut-il le temps de dire quoi que ce soit qu'elle prend la fuite à travers un boyau.

S'il y a des survivants, il faut rapidement les rencontrer et leur faire comprendre que nous sommes ici pour détruire Akusala. Il faut agir vite !
http://www.laguildedessonges.net/
Association de JdR sur Dijon : La Guilde des Songes

Répondre

Retourner vers « L5R "Mura Sabishii Toshi" par Selvagor »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité