Chapitre 1 - La traversée

Image
Avatar du membre
Yhoalibeth
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 8
Enregistré le : mar. 11 sept. 2018 13:10
Date de naissance : 29 févr. 1984

Re: Chapitre 1 - La traversée

Message par Yhoalibeth » ven. 7 déc. 2018 19:01

[Compte tenu de ce "résumé" de nos actions et des événements pour la première semaine, il se peut que j'ai oublié certaines choses que je souhaiterais faire à présent. Auquel cas j'y remédierai plus tard. Voici en tout cas pour Adia !]

Au sujet du carnet de voyage
Passée notre première semaine de voyage et notre escale à Port-Franc, je montre, avec un certain embarras, mon journal à Léon D’Orell. C’est que, j’ai observé qu’il savait dessiner, et je me suis dit que, voilà, quelques croquis pourraient rendre notre récit plus vivant. Moi-même n’ai pas franchement le coup de main, sortie des tracés topographiques. Bref, s’il souhaitait contribuer à ce journal, eh bien, il lui était ouvert !
(Si Léon accepte, il découvrira un journal d’un format de 5 pouces sur 7 environ. Une vingtaine de pages en sont déjà noircies d’une relation assez factuelle et académique du trajet. Yhoalibeth s’est avant tout plu à décrire chacun des passagers et des membres de l’équipage de l’Apogée, et a choisi de faire l’impasse sur les… désagréments secondaires. Toutes les trois ou quatre pages, Léon pourra noter que certaines ont été laissées volontairement blanches. En bas de l’une d’entre elles, il lira « Le capitaine Lariano observant l’horizon ».)
Compte tenu de sa petite taille, ce journal demeure le jour dans la poche intérieure de la veste d’Adia et, la nuit, rejoint sa petite malle rouge. Compte tenu de sa petite taille toujours, Yhoalibeth a prévu une demi-douzaine de carnets vierges.

Josefina et l’équipage
Un soir, dans notre cabine, je fais part à Léon et Zacarias de ma curiosité à l’encontre du gabier lettré de l’équipage, Josefina. Je n’ai pas non plus manqué de constater l’attention qu’elle accordait à D’Orell. Je leur demande leur sentiment sur cette personne.
Lors d’une de mes visites auprès d’Eugénie, je tâcherai de connaître ses relations à bord : qui connaissait-elle de précédentes aventures ? comment se passe la vie, à bord, et que pense-t-elle du comportement général des membres de l’équipage ? Je lui parlerai de ma rencontre avec Josefina en termes affectueux (une personne attentionnée, très gentille et d’une éducation peu commune) pour savoir ce qu’elle pense d’elle.
Je fais preuve d’une gentillesse de retour envers Josefina. Entre autres bavardages avec elle, je tâche de connaître d’où lui vient cette éloquente éducation, ses précédents voyages, et je lui propose, si Léon D’Orell est d’accord, qu’il gratifie mon journal de bord d’un portrait d’elle. Enfin, je demande à Josefina quels membres de l’équipage connaissait-elle déjà de précédents voyages, et les raisons de son départ.
Je fréquente avec bonheur également Ignaç, dont la sollicitude me touche.

La mélopée des jumelles
Je m’en voudrais d’interrompre le jeu réjouissant des jumelles, qui nous rappelle chaque soir notre pays, ou de le gâcher en y ajoutant ma voix. Je souhaitais juste proposer de raconter une histoire un soir, sans adjonction de musique par-dessus, et, selon le succès de cette initiative, renouveler l’heure du conte certains autres soirs.

Discussions
D’Orell et Almeida (et Eugénie, et probablement tous les membres de l’équipage suffisamment attentifs pour cela) auront tôt fait de deviner chez Yhoalibeth une grande peur de la solitude, grégarisme sans doute encouragé par les peurs de l’inconnu vers lequel l’Apogée se précipite. Elle fait montre le plus souvent d’une grande jovialité et fait tout ce qui est en son pouvoir pour démontrer sa volonté d’entretenir de bonnes relations avec chacun∙e.
Passionnée de biologie, d’histoire, de lettres, de philosophie, et bien évidemment d’astronomie et des phénomènes célestes d’une manière plus générale, elle aurait tôt fait de digresser sans discontinuer sur l’un ou l’autre de ces sujets, mais elle se refrène aussi vite, de crainte de submerger ses interlocuteurs d’ennui.
La question n’est donc pas tant de savoir si Yhoalibeth accepte ou non de discuter avec les autres, mais plutôt de savoir jusqu’où les autres sont prêt∙e∙s à l’écouter ^^

Les prochaines semaines
- Rien de plus en vue, jusque-là, que l’approfondissement de mes relations avec les quelques membres de l’équipage avec lesquels je me sens déjà un peu liée : Ignaç, Josefina, Eugénie, Olegàrio, ainsi que D’Orell et Almeida bien sûr, et je manifeste un certain intérêt pour Wektra.
- Lors de notre départ de Port-Franc, j’informe Rabirio que j’estime que mon travail, dussions-nous trouver quelque terre à bien des milles d’ici, commence dès à présent. Je tiens donc à être tenue au courant de l’avancée du caravó : estimations des distances parcourues au jour le jour, informations sur le cap tenu, autorisation, le cas échéant, d’avoir un œil sur leurs propres calculs, que je leur propose éventuellement de valider. Je veux être capable de situer chaque jour notre position sur une carte, fût-elle approximative. Enfin, je lui dis que j’apprécierais d’être tenue au courant des changements imperceptibles que lui, le capitaine et les membres de l’équipage, en tant que marins, ne manqueront pas de relever, changements relatifs à la navigation même, et qui pourraient marquer une « rupture ». Et je tiens à lui préciser que ces demandes ne sont pas curiosité mal placée de ma part : à supposer que l’un des éléments clefs de cet équipage vînt à avoir un accident qui laisserait Eugénie impuissante, ce qu’aucun de nous ne souhaite, bien entendu, il sera dans l’intérêt de tous que d’autres puissent lui suppléer.

Avatar du membre
Yhoalibeth
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 8
Enregistré le : mar. 11 sept. 2018 13:10
Date de naissance : 29 févr. 1984

Re: Chapitre 1 - La traversée

Message par Yhoalibeth » ven. 14 déc. 2018 17:56

Et voici, après d'autres réflexions, quelques questions tous azimuts concernant le navire et l'univers.

- Après avoir quitté Port-Franc, où en est le moral de l’équipage ? Et quel était-il durant notre première semaine de traversée ? Yhoalibeth s'adresse éventuellement à Olegàrio à ce sujet, qui, en tant que quartier-maître, est le mieux placé pour la renseigner.
- Notre capitaine est-elle présente parmi les troupes ? Fait-elle preuve d’un certain charisme et d’une capacité à mettre du baume au cœur de l’équipage ?
- Relativement à l’équipage, de nouveau, observe-t-on une bonne solidarité entre chacun∙e ? Se connaissent-ils d’avant, ont-ils eu déjà maintes occasions de naviguer ensemble ? Y-a-t-il plutôt un esprit de corps, les gabiers restant ensemble, les matelots entre eux, les dirigeants d’un côté, les ouvriers d’un autre ?
- Concernant mon intérêt pour Wektra, je lui demande, en prenant de grandes précautions dans ma manière de formuler mes questions, comment une femme telle qu’elle s’est retrouvée, si loin de sa région d’origine, maître-voilier en route pour le Nouveau Monde. Je souhaite également connaître le point de vue gehemdal sur le Cataclysme. Quelles en ont été les répercussions dans son "pays" d'origine ?
- Rien à voir, mais, concernant L’Apogée, sait-on d’où lui vient son nom ? A-t-il une certaine particularité par rapport aux navires de l’époque ? Et, enfin, est-il muni de canons, en cas d’attaque ?
- Pour terminer, on a pu observer, dans notre port de départ et à Port-Franc, que les gens venaient nombreux nous voir appareiller. Est-ce que seuls ces deux ports sont au courant de notre mission, ou est-ce que celle-ci est publiquement connue – et connue également du reste du monde connu ?
- Cela m’inspire une autre dernière question, en fait, plus de contexte général : quelles relations diplomatique la société Venn’dys entretient-elle avec les autres nations ?

Avatar du membre
Eugénie
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 5
Enregistré le : mar. 18 sept. 2018 11:37
Date de naissance : 26 juil. 1986

Re: Chapitre 1 - La traversée

Message par Eugénie » lun. 17 déc. 2018 16:15

Voici la réponse d’Eugénie à Adia :

Adia, je ne connais pas encore bien tous les membres d’équipage, mais vous devez déjà savoir que je connais le matelot Eduardu, il adore montrer sa cicatrice et raconter comment il a survécu à une morsure de requin. Il m’en accorde toute la gloire alors que c’est son excellente constitution qui l’a sauvé. Moi, je n’ai fait que mon travail. Depuis, il m’accorde toute sa confiance. Comme tu sembles réceptive, je te raconte comment j’ai recousu avec patience les chairs déchiquetées, comment j’ai dû parfois mettre ma main sur les boyaux pour les empêcher de se répandre, avez-vous déjà vidé un lapin ? C’est un peu la même sensation sous les doigts, c’est très rigolo, et comment il est difficile de recoudre sans attraper autre chose que la peau.

Je connais aussi le gabier Marcello, qui lui, préférerait ne jamais avoir eu affaire à moi, j’ai dû lui couper deux doigts à cause d’engelures, il pense que j’aurais pu les lui sauver… (Je reste un instant pensive après cette évocation)

J’ai pu remarquer cette semaine que le comportement étrange de Gielmi ne rencontrait pas beaucoup de bienveillance parmi l’équipage, l’avez-vous noté ? Et puis je m’inquiète pour la petite Gavrila, je vais lui donner un remontant, j’espère que ça suffira à la remettre sur les rails.

Et vous ? Vous êtes-vous déjà lié avec certains de nos compagnons de route ? Où avez-vous appris tous ces contes ?

Eugénie t’écoute avec plaisir jusqu’à ce que la fatigue l’emporte si notre discussion a lieu le soir ou jusqu’à ce que le devoir m’appelle.

Voici mes actions :

- Je vais voir Gavrila pour discuter de sa santé, son épuisement est-il d’ordre émotionnel ou physique ? Mange-t-elle assez ? etc. Dans tous les cas je lui fais prendre des infusions de plantes qui devrait l’aider à reprendre des forces et le moral. Je vais demander au cuisinier de mettre un léger supplément de viande dans son petit déjeuner pendant une semaine.
- Je fais mon rapport au capitaine, je lui parle rapidement des comportements qui ont retenu mon attention (Renada dans son coin, Gielmi le chelou avec un fort potentiel de bouc émissaire et l’étrange Irsima) pour l’instant rien d’important. Je lui parle un peu plus longuement de Gavrila et des pistes que j’essaie pour la remettre sur pieds. Si elle a le temps, j’en profite pour engager la conversation sur les sujets moins professionnels, son état d’esprit, ses projets à plus ou moins long terme, ses précédentes aventures…
- Je vais écouter les contes ou la musique avec joie ! Et j’encourage l’équipage à faire de même.
- Je continue d’observer le moral, le comportement et la condition de mes administrés (^^) avec une acuité accrue pour ceux mentionnés plus haut.

Avatar du membre
Yhoalibeth
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 8
Enregistré le : mar. 11 sept. 2018 13:10
Date de naissance : 29 févr. 1984

Re: Chapitre 1 - La traversée

Message par Yhoalibeth » mar. 15 janv. 2019 16:24

Bonjour à tou∙te∙s ! Voici la petite réponse de Yhoalibeth à Eugénie, pour le plaisir d'inaugurer l'année. Oui !

« Eh bien, personne que je ne vous ai déjà évoqué, je crois. C’est étrange de se sentir l’une des quelques privilégiées de ce navire. Et j’en conçois une certaine inquiétude. J’espère ne décevoir aucune attente, et, plus que tout, j’espère ne pas me décevoir moi-même.
Et je vous demanderai une faveur, Eugénie, qui ne préjuge aucunement, soyez en sûre, de la confiance que j’ai en vos capacités de médecin : promettez-moi, si les choses en viennent un jour à ce que vous ayez à m’amputer d’un de mes membres, de ne le faire qu’en ultime recours, et à la seule condition que vous soyez certaine qu’aucune alternative disons… plus respectueuse de mon intégrité physique… ne s’offre à vous. Que cette ablation soit marquée du sceau du Destin. »
Quant à savoir d’où Adia tire ses contes, elle t’adresse pour toute réponse un sourire mutin qui se veut énigmatique.

Répondre

Retourner vers « Guildes - Anno Uno par Artabatès »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités