Journal de Mike Stoobe

Image
Répondre
Avatar du membre
Le_Père_Haplo
Licorne
Messages : 218
Enregistré le : jeu. 19 avr. 2018 19:37
Date de naissance : 03 avr. 1985

Journal de Mike Stoobe

Message par Le_Père_Haplo » lun. 4 mars 2019 10:49

[...] tout ça pour ça, faut avoir de la volonté quand même pour continuer à aimer la
cause avec tous les batons qu'on nous met dans les roues. Ces baveux ont quand
même le don faut l'avouer mais se servir de ça pour libèrer des vermines...
Bref, on a été appelé sur un 10-18 juste avant le début du service. Des mecs qui
menaçaient de sauter du haut d'un building, une secte.
Arrivé sur place le tintouin habituel, barrières et hélico. White et Asuia on pris les
infos (suspects, victimes, plan des lieux...) auprès de l'agent référent sur place qui
avait l'air bien content de nous refiler le bébé.
On s'est déployés, on commence à être rodés. Muni d'un Colt M17, je me suis posté
sur un toit à l'Ouest, le soleil derrière moi, vieux réflexe, pour avoir un visu et offrir la
couverture nécessaire à mes coéquipiers. On a aussi demandé à l'hélico de s'éloigner.
Tous les deux sont montés pour aller au contact et ils sont arrivés par une cage
d'escalier de secours.
Chanceux, une fois à niveau ils n'étaient pas visibles.
Un bande de fanatiques vêtus de toges blanches, jusque là rien d'extravagant, c'est
monnaie courante à notre époque de fou, semblaient menés par un leader habillé en
violet. Le truc étonnant c'est qu'il y avait deux gars armés qui étaient là et qui
avaient l'air de surveiller que le bal se déroule comme il faut et que le message du DJ
soit bien entendu par les suicidancers.
Comme prévu c'est Asuia qui a pris le contact. Elle est restée cachée et a tenté de
faire réfléchir ces foldingues. A vrai dire elle est plutôt balèze pour ça et ça a eu l'air
de faire son effet sur quelques initiés. Ses arguments, bien distillés, aiguisés et bien
placés avaient fait mouche. Comme en pause, la cérémonie a eu l'air de cesser
quelques instants. Et comme à son habitude White s'est foutu de sa gueule en lui
disant que notre objectif était de sauver des vies, et pas qu'elle deviennent le leader
d'une nouvelle secte.
Le statu quo n'aura pas duré longtemps et les deux suspects armés ont eu l'air de
mettre la pression au type en violet qui s'est mis à distribuer des espèces d'osties à
ses brebis égarées.
J'ai rien entendu des réponse, mais dans les mouvements des sbires j'ai senti qu'il se
passait quelque chose et qu'il fallait agir, et vite. Je me suis permis de couper Asuia
dans son prêche et j'ai sommé White d'intervenir au plus vite.
Et fallait pas traîner car un des deux gorilles a attrapé le premier gars qui passait
pour le balarguer par dessus le parapet.
Un départ impressionnant, White a bondi tel un bouchon de champagne pour stopper
le criminel. Je l'ai couvert en neutralisant l'autre type. Efficace ce flingue,
j'connaissais pas, par contre il m'a fallu deux bastos. Note pour plus tard, toujours
enlever ton masque quand t'es à la lulu Mike!
Asuia s'est occupé de le menotter pendant que je voyais White maitriser un
malfaiteur qui a du avoir l'impression de passer sous un troupeau de buffl es.
Ca m'a pris du temps de le voir, et j'peux dire que c'est plutôt en voyant l'attitude de
mes collègues que j'ai compris. Le gourou avait un plan B. C'était moins une, je
bloque ma respi, je verrouille la tête et je presse. Le gars était blindé d'explosifs, ça
aurait été un carnage. J'aurais perdu deux coéquipiers... encore... Putain, faut
vraiment que je sois plus vigilant. Faut que je lâche du lest sur ce que je maîtrise pour
mieux appréhender le reste. En y repensant ça se voyait comme le nez au milieu de la
figure.
J'crois que j'me suis vraiment attaché à ces deux là et on forme un trio qui fonctionne
bien.
On a pu mettre les civils en sécurité, faire notre rapport et la vie a repris son cours
comme si de rien n'était dans le quartier.
Notre prochaine affaire, c'est à Skidrow que ça se passe. Les gars là-bas sont
débordés alors ils ont appelé les COPS en renfort. White a hésité avant d'amener sa
belle voiture, mais pas une seconde pour emmener son vieux clebbard renifler les
effl uves de souvenirs qui hantent vraisemblablement les lieux. Il a bossé un moment
chez eux dans la brigade cinophile alors on a été reçu en amis. Ca change, et ça fait
du bien.
Des prostituées sont venues déclarer la disparitions de plusieurs de leurs amies.
On a quelque noms ( Monica, Rebecca, Camile) et quelques lieux. Les filles
travaillaient vraisemblablement dans des hôtels (New LA bed time / Venice Motel)
C'est maigre pour l'instant mais faut bien un début à tout.
Pendant que White parlait du bon vieux temps avec Giardello et écorchait son nom
toutes les deux phrases, qu'Asuia était parti se changer, j'ai épluché les données des
morgues et des personnes disparues. Il s'avère que pas mal des personnes qui ont
disparu ces derniers mois sont des jeunes (20 – 25 ans) et que beaucoup sont des
vagabonds. La tendance est beaucoup trop marquée pour que cela soit une simple
coïncidence...
Faudra qu'on creuse là dessus et qu'on trouve un point d'entrée dans ce merdier...
Que nous réserve encore Los Angeles la crade...
Mardi : MJ DnD5 Ghosts of Saltmarsch
1/2 Jeudi : MJ COPS
De temps en temps MJ sur d'autres trucs.
"N'oubliez pas que le point commun entre tous vos échecs, c'est vous."
ma présentation, ou vous trouverez également les règles si on joue ensemble et que je suis MJ

Avatar du membre
Zabrok
Pégase
Messages : 190
Enregistré le : mar. 9 oct. 2018 13:55
Date de naissance : 01 janv. 1948
Localisation : ici bas

Vendredi 19 Juillet 2030 - Journal de Mike Stoobe

Message par Zabrok » sam. 27 avr. 2019 17:55

19 juillet 2030



Hawkins râle, on lui met la pression en haut lieu. Apparement deux adjoints au maire lui ont rendu visite suite à la petite altercation qu'on avait eu White et moi devant le domicile de Chadwell Stenford. Ils veulent un coupable pour Oba Shavers et ça les dérangerait pas qu'on boucle le jardinnier pour donner à bouffer aux médias. On lui a demandé 24H pour refaire un petit tour sur place et suivre la piste des deux gamines assassinées.

Dylan n'avait pas encore vu la scène de crime et ça paraissait judicieux de l'emmener y faire un tour. D'autant plus qu'on avait pas fait le tour du voisinnage. Un quartier huppé comme ça est truffé de caméras.

On a constaté que notre hacker avait aussi pris la peine de pirater les caméras des voisins.
Notre attention a cependant été attirée par du vieux matériel de vidéosurveillance chez un certain Brad Rich: un réactionnaire texan vulgaire, aviné et vénal. Après quelques discussions et promesses on a eu accès aux enregistrements. La partie qui nous interessait montrait bien un scooter qui arrivait sur place juste avant le meurtre et quittait les lieux juste après. On avait notre homme!
C'était temps de rentrer au siège des COPS et j'me suis mis au boulot.
En recoupant les images des cam municipales et des cam privées du secteur on a pu retrouver notre gars tout le long de son trajet. Il a cramé sa bécane dans un coin pour ensuite disparaitre sous un échangeur autoroutier vers Skidrow. A un moment il a enlevé son casque et nous avons pu avoir une image de son visage. Très floue, mais ça pourra toujours servir au tribunal. Le gars à l'air dêtre jeune, un gros sweat shirt comme c'est la mode dans les zones en ce moment, le nez fin, pointu, le menton sec, un visage maigrelet et des cheveux longs.
Pour essayer de trouver un lien avec les deux gamines assassinées qui s'averaient être de jeunes fugueuses, j'ai réutilisé un script sur lequel j'avais bossé en Afghanistan qui servait à identifier des formes sur des images animées. Quand j'avais appris que ces salopards voulaient utiliser ça dans des drônes pour exécuter des gens sans se salir les mains j'avais effacé mes travaux, mais quand même gardé une petite sauvegarde au cas ou... J'avais bien fait car en laissant tourner le poste toute la nuit avec le programme on a pu avoir pas mal d'images des filles et il se trouve qu'elles trainaient sous le même pont que notre suspect. Petit à petit les éléments commencent à se recouper.

Dylan n'est pas revenu ce matin et Asuia a une drôle de tête, elle à l'air vraiment crevée. White est toujours à l'hosto, faudrait qu'on passe le voir un de ces quatre quand même. J'essaie de pas trop m'apitoyer sur mon sort mais c'est vrai qu'on en chie pas mal en ce moment. Ces salauds de la mairie d'un côté, les criminels et la rue de l'autre et les médias, comme si ça suffisait pas qui viennent saupoudrer le tout de curiosité malsaine et intrusive histoire que la recette finale ait bien le gout de merde. Faudrait vraiment qu'on trouve quelque chose pour décompresser. Enfin, si on arrive à coincer celui la, ça donnera peut être un sens... A moins que ça ne soulève encore une couche...

On décide avec Asuia de faire un tour sur place. Grâce a Janice de la clinique de l'espoir, on obtient une couverture: Des uniformes et des medkit. On va proposer des diagnostics médicaux dans le quartier du suspect pour essayer de prendre contact.
Il fait toujours une chaleur à crever sous ses ponts autoroutiers. Ca pue la pisse et y'a des déchets partout. Ils n'ont vraiment plus rien ces malheureux.
Après quelques errances, on trouve une bande de jeune en train de jouer aux cartes et de boire des bières. Ils sont une dizaine, 3 ou 4 filles parmi eux. Et au milieu de ce beau monde, y'en a un qui à l'air de coller aux images qu'on a recueillies hier. On essaie de discuter mais ils sont plutôt froids. Ils ne veulent pas de soins. Le suspect porte des baskets qui peuvent correspondre aux empreintes trouvées dans le jardin de Shavers. Il à l'air futé, sagace derrière ses yeux jaunis. On traine pas trop pour pas bousiller notre couverture mais on arrive quand même à obtenir une photo du groupe sur mon téléphone. Ca servira peut-être à relever certains détails afin de préparer l'arrestation. Ils ont l'air malgré tout bien organisés. Des gamins qui n'ont que la rue comme avenir, qui s'en sortent comme ils peuvent en attendant de crever en prison ou sur le trottoir, les volutes du gob comme extrême onction... Quel gâchis...

Asuia appelle Mac Gonagall le substitut du procureur dès qu'on quitte les lieux. Elle lui décrit les éléments qui sont en notre possession concernant l'affaire Charles Oba Shavers. Ca à l'air de suffire, on a carte blanche pour l'arrestation de ce jeune individu. Restent à bien planifier notre intervention et à anticiper un maximum de complications. Dommage qu'on ait pas White avec nous, ça nous aurait bien aidé...

Avatar du membre
Zabrok
Pégase
Messages : 190
Enregistré le : mar. 9 oct. 2018 13:55
Date de naissance : 01 janv. 1948
Localisation : ici bas

Dimanche 21 Juillet 2030 - Journal de Mike Stoobe

Message par Zabrok » mar. 4 juin 2019 11:15

- "Putain mais arrête un peu de pleurnicher bordel, et bois de l'eau un peu, tu vas même pas réussir à rentrer chez toi. Vu la scène que m'a fait Martha la dernière fois avec Jerry, j'suis pas prêt de ramener de la viande saoule à la maiz!"

- "Mais merde, ça devait pas se passer comme ça... Chaque jour j'fais tout ce que je peux pour éviter que des choses comme ça arrivent."

- "Oh ducon qu'est-ce que tu crois hein? Dans cette putain de ville y'a des clébards et même des singes qui bouffent des gens en pleine rue! Tu crois que des gosses qui ont plus rien à perdre et qui crèchent sous un pont valent mieux? Mes couilles ouais, ressaisis toi gros! C'est pas le livre de la jungle! Ici Baloo il a un putain de uzi et Mowgli il vient d'égorger sa soeur pour avoir sa dose."

Soudain Mike se redresse pour se lever mais glisse sur le liquide qu'il avait renversé sur le carrelage et son menton percute le zinc crasseux du New bird. Inconscient au sol, il est tiré par Jo jusqu'à une banquette.

- "Pffff tu fais chier mon salopiaud, si t'étais pas un pote j't'aurais jeté sur le trottoir. Allé j'vais fermer plus tôt y'a personne de toute façon."

Il jette un plaid sur Mike qui ronfle en gémissant sous le bureau rempli de paperasse mal triée en se disant qu'il faudrait qu'il s'occupe sérieusement de ranger ce merdier. Mais c'est pas le moment. Il sort de la pièce, presse un bouton sous le comptoir, éteint l'enseigne bleue turquoise et la lueur se meurt à travers les interstices du rideau blindé qui descend lentement devant la porte. Il lance la musique et commence le ménage.

Pendant ce temps, Mike revit au ralenti la scène. Le môme hilare a la moitié du visage qui ressemble à une boulette de viande. Il le regarde intensément. Autour c'est le tumulte, les coups de feu, les menaces, les cris de Asuia et Dylan. Le regard du petit se transforme, grossit, pulse. Désormais un oeil est comme fou, exulte et de l'autre une larme de sang voile la pupille plaintive d'une enfance qui se meurt. A gauche les gars de Skidrow qui chargent, mais le son n'est pas celui des bottes... Des hélicos... Les branches s'agitent, obstruent la scène stroboscopique, ça ralentit...
la cible est dans la croix, Mike presse la détente de son Dragunov...
Et se réveille en sursaut en se cognant la tête sur une planche de bois...

Une fois rentré chez lui Mike prend une douche, boit une énorme quantité d'eau. Qu'est ce qu'il fait chaud!
Affalé sur son canapé il sort son calepin, d'une écriture imprécise il note, sans suivre les lignes du papier:


"Ce qui est perdu est perdu, garde l'espoir mais n'essaie pas de changer la merde en arc en ciel"

Avatar du membre
Zabrok
Pégase
Messages : 190
Enregistré le : mar. 9 oct. 2018 13:55
Date de naissance : 01 janv. 1948
Localisation : ici bas

Lundi 27 Aout 2030 - Journal de Mike Stoobe

Message par Zabrok » mar. 11 juin 2019 15:02

Ils remettent ça avec leur grève. J'ai pas trop suivi le pourquoi du comment donc je sais pas trop quoi en penser. Mais en tout cas ça fout un sacré merdier et les ordures s'accumulent dans les rues.
Ca nous a mis à la bourre ce matin et Skripnick, qui remplace Hawkins pendant ses congés, s'est bien chargé de nous le faire remarquer. Puis j'aime pas être du matin, tout le monte est de mauvaise humeur.
Il est dans son bureau en train de causer avec une nouvelle tête quand ils nous fait signe d'entrer.
La nouvelle tête en question c'est Justin Lloyd un gars de la Nadiv. Avec les collègues on part sur de mauvais a priori mais j'préfère les mettre de côté pour l'instant et m'en tenir au faits.

On va faire équipe avec lui pour enquêter sur la mort d'un de ses collègues, Barney Moore, assassiné devant son domicile a Venice Beach. C'est moi qui mettrai mon nom en haut des rapports officiels cette fois. Un peu de tension... mais ça me permettra de focus un peu sur autre chose que les regrets.

On y va direct. Le mec s'est fait dessouder en rentrant de son jogging apparemment. Une petite propriété bien propre pas loin de la plage et à quelques centaines de mètres de chez moi.

Ce qu'il ressort de tout ça:

Le type est père de famille et il a l'air d'avoir mis sa femme et le gosse a San Francisco le temps que sa "mission" soit terminée. Au passage les collègues ont communiqué avec la femme en se faisant passer pour le mort... Pas une très bonne idée, j'espère que ça va pas nous retomber sur le paletot...
Il s'est fait abattre à l'ancienne par des gars surgissant d'un fourgon. D'abord tiré de loin, il a basculé derrière le muret puis un des gars est venu finir le boulot à bout portant.

Dans ses affaires on retrouve un calepin avec quelques notes qui ont attiré l'attention de Dylan (Ernesto (PB), Jorge Chaves (S13) )

On a récupéré aussi le téléphone du macchabée.

Dans sa bagnole je trouve un sachet de came. Une poudre rouge. Identifié par notre nouvel adjoint (qui au passage se révèle être bien plus compétent qu'il ne l'avait laissé entrevoir jusque là) comme du red chasm, une drogue extrêmement rare. Notre gars était censé bosser sur des affaires concernant du quetz... pas du tout le même délire... Première dissonance...

De retour au poste, on épluche les données.
Notre policier n'avait pas l'air d'avoir bonne réputation. Mais ça on va approfondir en allant voir ses collègues.
Sa voiture était souvent garée à Bel Air. Pas trop les coins ou on consomme du quetz...
Ce Jorge Chaves est en conditionnelle pour une affaire hors stup et le type qui est en charge de sa condi c'est le même mec qui l'a fait arrêter: Sergent Mac Farlein... 2ème dissonance

On se dirige vers le commissariat de Venice pour avoir un peu plus d'infos.
On y rencontre son charmant collègue: Paul Kramer. Les deux gars avaient l'air de pas s'apprécier pour un sous. Justin et Asuia vont se promener avec cet adorable gros connard pendant qu'avec Dylan on fait le tour de leurs affaires.
On découvre que Moore avait balancé Kramer au SAD ... Ça dissone aussi ça... mais qu'il avait pas voulu aller jusqu'à le pièger.
On trouve aussi quelques notes qui disent que les ragots de la rue avaient tendance à parler d'une grosse cargaison qui arrivait dans le secteur.
Asuia et Justin nous raconteront que notre Kramer a déblatéré pendant une heure sur son ex collègue en le traitant de branleur et d'incapable.
Est ce que c'est vrai? Est ce que Moore était sur un plus gros coup et jouait au con pour s'occuper de la nourrice?

On est de retour au QG, Asuia et Justin vont faire le bilan auprès de Skripnick pendant qu'avec Dylan on s'attelle au rapport balistique.

A creuser: Qu'est ce que Moore foutait à Bel air si souvent? Surveiller ce Mac Farlein. Sur quoi enquêtait réellement Moore... Il s'était peut-être confié à sa femme...

Avatar du membre
Zabrok
Pégase
Messages : 190
Enregistré le : mar. 9 oct. 2018 13:55
Date de naissance : 01 janv. 1948
Localisation : ici bas

28 août 2030 / Journal de Mike Stoobe

Message par Zabrok » sam. 20 juil. 2019 22:59

28 août 2030

Je suis claqué! Depuis qu'on a essuyé un bel échec chez Mendoza (le diplomate colombien) on bosse presque jour et nuit. On est sur les rotules.

En sortant du bureau on est tombé sur ce mec, Stan Holden dont nous avait parlé Macarenas, qui prend les collègues en photo sans permission. On est allé faire un tour chez lui, ça a l'air d'être juste un frustré qui s'est fait refouler aux tests d'entrée de la police et qui alimente un blog sur le COPS. Ses photos ont l'air anodines, assez bien réussies. Il a une boite d'informatique et il a l'air assez bien équipé. On va peut-être le garder à l'oeil, ça pourrait être une source d'information... ou d'emmerdes... Je ne sais pas pourquoi mais j'imagine qu'on aura à nouveau affaire à lui.

On s'est rejoint vers 18h chez moi pour décortiquer les données GPS de la caisse de Mendoza. Ca me fait un petit quelque chose d'emmener les collègues dans mon petit atelier. Un sentiment de camaraderie dans l'adversité que j'ai connu en Bolivie et que je n'ai pas retrouvé depuis mon retour à LA. Les données confirment que le diplomate s'est beaucoup rendu à l'aérodrome (California VIP travel) et chez Vargas. On imagine que le gars se rend à la clinique ou se tient peut être un labo de red chasm... mais ça on est loin de pouvoir le prouver pour l'instant. On décide d'aller y faire un saut demain après l'enterrement de Barney Moore.

J'arrive plus à suivre, aligner deux mots devient difficile. Fatigue physique, surmenage, je décompresse et laisse Asuia et Dylan partir.

Juste avant de mettre en veille mes systèmes et d'enclencher l'alarme du sous sol, ma radio hurle, c'est un code 187. Une jeune femme s'est fait dessouder au Callmarkt de Pasadena ils appellent les unités disponibles... Je ne me sens vraiment pas disponible ... Je sombre quelques minutes plus tard sur le canapé.

Je suis réveillé dans la nuit par un appel de Dylan qui me dit de me ramener chez Vargas l'équarrisseur. Comprenant à moitié, je prends le temps de me foutre la tête sous l'eau et fonce au point de rendez vous.
C'est la grande agitation, ils ont coincé le type. Dylan m'explique qu'il a trouvé plein de rapports officiels de police concernant les vieux meurtres. Il me dit que le mec avait du sang sur les mains et qu'il avait en plus agressé Griffiths histoire d'aggraver son cas.

Skripnick a l'air content et veut se retrouver seul avec le tueur de flic... Faudrait pas qu'il foute l'enquête en l'air avec une boulette de débutant... Je plane, j'ai l'impression de comprendre la moitié de ce qu'on me dit. Dylan et Asuia ne veulent pas qu'on parle d'eux. Dans la confusion je crois que je suis devenu le chargé officiel de cette enquête.
Faut vraiment que je retourne pioncer...

L'enjeu maintenant c'est de temporiser un max pour que les mecs pour qui bosse Vargas ne puissent pas effacer toutes les traces de leurs implications dans ces affaires. On a pas mal de poussière à soulever avant que les huiles diplomaticofficielles viennent faire le ménage...


L'équarrisseur, Barney Moore, le red chasm... Un diplomate colombien lié au substitut du procureur... C'est un sacré merdier tout ça, faut vraiment que je dorme et qu'on fasse le point demain...

Répondre

Retourner vers « COPS "Campagne officielle" par le Père Haplo »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités